Millie Brown : de l’expressionnisme abstrait peint avec du vomi de colorants alimentaires


Dans une précédente publication, nous avions diffusé une citation de Kandinsky, où il disait notamment que « l’artiste, en général, n’a que peu à dire. Il lui suffit d’une nuance insignifiante pour se faire connaître ». En voilà une autre qui, justement, n’a rien à dire – seulement à vomir. Voilà qui pourrait figurer dans une édition augmentée du De Immundo écrit voilà déjà quelques années par ce grand et respectable homme qu’est Jean Clair. Elle s’appelle donc Millie Brown. Ne nous en demandez pas plus : on s’en tamponne. Son « œuvre maîtresse », du moins son coup de comm’ majeur, c’est le buzz sur ses toiles peintes en vomissant des colorants alimentaires qu’elle vient d’ingurgiter. Le résultat est à peu près aussi nul que du Pollock, rehaussé d’une esthétique proche des films de Matthew Barney et d’un duo lyrique (qui doit bien chanter quelque chose qu’un texte abstrus expliquera être pertinent pour telle ou telle arbitraire raison), et spectaculairement con… comme tout l’art d’avant-garde (puis « art contemporain ») nouillorcais depuis au moins Rauschenberg. Un exemple de la décadence intrinsèque de la prétendue civilisation étasunienne libérale, cette destruction de la culture au nom du principe puéril d’une liberté comme illimitation et comme « je fais ce que je veux ». Elle est loin la liberté d’esprit du siècle de Louis XV et ses hautes réalisations, et plus loin encore la liberté comprise comme autonomie des heures lumineuses de la civilisation grecque.

Publicités

6 commentaires

  1. Jean-Lou d'Haeye said,

    22 août 2012 à 3:07

    Heureusement qu’en musique, à part quelques secondes de silence bienfaisant mises en Cage par John, cela n’existe pas trop, du fait que ça ne peut pas vraiment se vendre. Sinon, vous imaginez le concert de pets et de rots?

    • 22 août 2012 à 6:15

      Well, les pétomanes ont jadis existé — mais nul ne prenait cela au sérieux ; aucun critique, je pense, ne théorisait pompeusement sur la musique rectale. Grosse différence.

  2. rufas said,

    22 août 2012 à 6:12

    la merde d’artiste en boite c’était il y a 40 ans donc rien de nouveau à l’horizon

  3. masami said,

    3 septembre 2012 à 3:01

    C’est bien, elle nous fait de la peinture à gerber. Nous fera t’elle bientôt de la peinture à chier?

  4. Freyga Olsson said,

    1 février 2014 à 8:51

    Moi je trouve la démarche intéressante (d’ailleurs Pollock est un artiste absolument merveilleux). Si vous êtes amateur d’art contemporain ( ce qui est bien avec l’art contemporain c’est qu’il ne prétend pas forcément être un message ou diffuser une idée) je vous conseille fortement Gina Pane, Marco Evaristi ou Zanene Muholi

    • 9 février 2014 à 11:00

      Bonjour.

      Je ne suis pas amateur d’art contemporain : je suis analyste et contempteur de cette gigantesque supercherie libérale et postmoderne dressée contre tout ce qui civilise l’individu. Prenez le temps de parcourir le blog : vous ne vous y tromperez pas.

      Quant à Pollock, c’est de la merde prodigieusement vide : sans l’entremise de « critiques » en fait laudateurs et qui ont conféré à ses toiles un sens qu’elles ne contiennent pas objectivement et intrinsèquement, il serait ignoré de tous. L’intérêt de Pollock, comme de ses petits camarades, fut d’être si vide de sens apparent, qu’il fut aisément manipulable, avec appui financier de la CIA, pour passer pour l’art de la liberté face à la figuration figée et abjecte du « réalisme socialiste » (qui n’était ni réaliste ni socialiste…). Et voilà comment les libéraux qui font l’orthodoxie de l’histoire de l’art ont imposé une idée LIBERALE de la liberté.

      Salutations,

      DJ


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :