Dunoyer de Segonzac : « cette esthétique abstraite dont crève la peinture ».


« Je n’ai pas oublié la période héroïque des indépendants – quand nous étions groupés autour de Paul Signac, du charmant et vaillant Maximilien Luce – dans ces baraques où l’Art vivant et authentique se groupait en dehors des formules académiques – ou des tendances littéraires et systématiques – qui devaient aboutir à cette esthétique abstraite dont crève la peinture », (lettre au peintre Maurice Boitel, dans les années 1950).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :