Une oeuvre d’art controversée détruite à Avignon


Source : Le Figaro.frL'artiste new yorkais Andres Serrano devant son «Piss Christ», qui avait déjà été vandalisé en 1997, en Australie.
L’artiste new yorkais Andres Serrano devant son «Piss Christ», qui avait déjà été vandalisé en 1997, en Australie. Crédits photo : NEWS LTD/AFP

Piss Christ, une photographie représentant un crucifix plongé dans de l’urine, a été détruite dans un musée d’Avignon. Des associations catholiques avaient dénoncé une oeuvre blasphématoire.

Un Christ sur sa croix dans un bain d’urine. Exposé à Avignon, le cliché de l’artiste américain Andres Serrano n’est pas passé inaperçu à la veille du week-end pascal. Samedi, plus d’un millier de manifestants s’étaient réunis devant le palais des Papes à l’appel de plusieurs associations catholiques et d’organisations d’extrême droite pour dénoncer une œuvre «blasphématoire». L’évêque d’Avignon, Mgr Jean-Pierre Cattenoz, a demandé le retrait de la photographie, dénonçant un cliché «odieux» qui «bafoue l’image du Christ».

Le cliché, daté de 1987, était présenté à la collection d’art contemporain Lambert dans le cadre d’une exposition anniversaire intitulée «Je crois aux miracles» prévue jusqu’au 8 mai et financée en partie par la municipalité, la région et l’État.

Aillagon «extrêmement choqué»

Dimanche matin, une nouvelle manifestation a eu lieu devant les locaux de la collection. Deux jeunes individus, pour l’heure non identifiés, se sont introduit dans le musée et ont détruit le Piss Christ à l’aide d’un «marteau et d’un objet contondant, du type pic à glace ou tournevis», indique le musée. «L’un a détruit la protection en plexiglas de l’oeuvre puis l’a fracturée. Une autre oeuvre, Soeur Jeanne Myriam, du même artiste, a été détruite de la même façon», a précisé la direction, ajoutant que trois gardiens qui tentaient de s’interposer avaient été «molestés» et «menacés physiquement avec le marteau». La collection Lambert a déposé plainte pour la destruction des oeuvres et les gardiens concernés ont porté plainte pour agression.

«C’est incroyable. Deux œuvres foutues pour toute cette histoire, ça devient insupportable», a déploré Yvon Lambert, propriétaire de la collection. «Je suis persécuté au téléphone. J’ai reçu 30.000 mails des intégristes». Et d’ajouter: «Cette ignorance, cette intolérance. C’est le Moyen-Age qui revient à grand-pas». De son côté, l’ancien ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, s’est déclaré «extrêmement choqué», dénonçant «un acte de régression très inquiétant». «Si une œuvre contrevient à la loi, c’est à la justice de le constater. Nul ne peut se faire justice lui-même», a-t-il jugé.

Tout en reconnaissant que l’une des deux oeuvres pouvait «choquer certains publics», Frédéric Mitterrabd a quant à lui condamné «une atteinte à un principe fondamental, la présentation de ces oeuvres relevant pleinement de la liberté de création et d’expression qui s’inscrit dans le cadre de la loi».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :